Les compositeurs

Depuis 2008, l’IFAC a passé commande à 18 compositeurs différents. Le dernier de ces projets concernait des pièces pour chœur d’enfants et percussions.Trois compositeurs ont participé à ce cycle : Jean-Christophe Rosaz, Jan Krejčík et Denis Chevallier.
logo_copie_privee_rose

 

 

 

Bicalho Lindolfo

bicalhoLindolfo Bicalho a composé à la demande de l’IFAC « Jabberwocky » dans le cadre du cycle chœur d’enfants et petit ensemble instrumental.
Lindolfo Bicalho est un compositeur né au Brésil. Son intérêt pour la musique contemporaine l’amène à participer à la création en 1982 d’un groupe constitué d’instrumentistes et compositeurs consacré à la diffusion et à la création des musiques nouvelles (Fundaçâo de Educaçâo Artistica à Belo Horizonte). Il participe alors à de nombreux événements artistiques au Brésil. Depuis 1984, il vit en France. A son arrivée, il a repris des études dans le domaine de la composition et de l’analyse musicale. Il compose toujours mais donne aussi des conférences, enseigne la guitare, anime des stages sur la musique du XXème siècle…

Chépélov Pierre

chepelovPierre Chépélov a composé à la demande de l’IFAC « Bestiaire fantasque » et dans le cadre du cycle chœur d’enfants a cappella.
Né en 1979, Pierre Chépélov a eu une formation maîtrisienne, et est organiste. Il est titulaire de 5 Prix du C.N.S.M. de Paris (D.F.S. d’Écriture, Prix d’Orchestration et d’Analyse), enseigne la Formation musicale (titulaire du C.A.) et l’Écriture au Conservatoire municipal Maurice Ravel de Paris (XIIIe), est chef de chœur et co-édite une collection d’ouvrages pédagogiques, La dictée en musique, aux éditions Henry Lemoine.
Born in 1979, Pierre Chépélov sang in his early years in a boys’ choir, and is now an organist. He obtained Music writing, Orchestration and Analysis diplomas at the Paris National Conservatoire, teaches solfège & ear training at Paris Maurice Ravel municipal music school, is a choir director, and also the co-editor of a collection of ear training books, « La dictée en musique », at Henry Lemoine edition.

Chevallier Denis
20150326 denis chevallier profil 183px

Denis Chevallier a composé à la demande de l’IFAC « Les petits chants de la terre » dans le cadre du cycle chœur d’enfants et percussions. Denis Chevallier a étudié la flûte à bec avec P. Hamon et P. Boragno au CNR de Versailles, le clavecin à l’ENM de Créteil, la basse continue et l’improvisation avec F. Eichelberger et F. Michel au CNR de Boulogne. Il étudie aussi l’écriture, l’analyse et l’orchestration au Conservatoire National Supérieur de Paris. De 2000 à 2007  il enseigne à la Maîtrise de Notre-Dame de Paris. Il se produit en France, Belgique, Espagne, Grèce et Allemagne, en tant que soliste, en musique de chambre (ensembles « Sept Mesures de Soie » , dir. M. P. Brébant,  « Les Muses Galantes », dir. L. Audubert, « le Concile Palpitant », dir. B. Clee), ou en plus grand effectif,  sous la direction de  C. Rousset au festival d’Ambronnay, J.P. Sarcos ( Choeur et orchestre du Palais Royal), L. Castelain (le Parnasse français), J. Nelson ( Ensemble orchestral de Paris),  D.Gautheryie ( Soli-tutti) , Y.Pappas (Almazis)…
Il se consacre parallèlement à l’arrangement ou la (ré-)orchestration d’œuvres, pour la compagnie « Les Brigands », l’ « Orchestre Philharmonique de Radio France », « l’Arcal », « Les Monts du Reuil », ainsi qu’ à la composition. Il est lauréat en 2006 du concours international de composition Frédéric Mompou, et en 2010, de la fondation Beaumarchais pour l’écriture d’un opéra intitulé « L’expérience », créé en juin 2011 au théâtre du Rond Point.
Il est de 2007 à 2009 compositeur en résidence à la Casa Velazquez à Madrid. Ses œuvres ont été créées par  L. Richardot, T.Escaich,  les ensembles instrumentaux ou vocaux  2e2m, Plural, Residencias, Soli tutti , les Cris de Paris, l’orchestre  Pasdeloup…

André Dubost

André Dubost a composé à la demande de l’IFAC « Trois chants de fête en patchwork » dans le cadre du cycle chœur d’enfants et orgue.

André Dubost (né en 1935) a composé des œuvres pour des ensembles de musique contemporaine, des pièces de théâtre musical, des musiques de scène, des musiques pour chœur…
Il a travaillé au développement des pratiques musicales à l’école avec une équipe de musiciens et d’enseignants dont Gérard Authelain. Ils ont pu alors imaginer et réaliser les Centres de Formations de Musicien Intervenant (CFMI).

Feydy André

feydyNé en 1975, André Feydy commence l’étude de la trompette au Conservatoire de Laon, puis, à Paris, dans la classe de Pierre Gillet au Conservatoire Municipal du XXème arrondissement. Après avoir entamé des études scientifiques en classe préparatoire au Lycée Louis-le-Grand à Paris, il choisit de se tourner vers la musique. Il entre alors au CNSM de Paris, en Trompette (1993) dans la classe de Pierre Thibaud et Clément Garrec, en Musique de Chambre (1999) dans la classe de Jens MacManama, et en Ecriture (2002) dans la classe de J.-F. Zygel .
En 1993, il obtient un 3ème Prix au Concours International de Trompette Maurice André à Albert.
Titulaire des 1er Prix de Trompette et de Musique de Chambre du CNSM de Paris, il se perfectionne auprès de Reinhold Friedrich à la Musikhochschule de Karlsruhe.
Après avoir suivi la classe de Pédagogie au CNSM, il obtient le Certificat d’Aptitude de Professeur de Trompette en 2001 et enseigne dans les Ecoles Nationales de Musique de Bourg-la-Reine et Cachan.
Membre de l’ensemble de musique contemporaine TM+, du quintette de cuivres AXIOM, il participe également à des concerts avec les ensembles Itinéraire, Musicatreize, et avec la Compagnie Les Brigands. Enfin, son activité de musicien l’amène à jouer régulièrement au sein des grands orchestres parisiens.

Henry Fourès

fouresHenry Fourès a composé à la demande de l’IFAC « Contrepoint » dans le cadre du cycle chœur d’enfants et orgue.

Les activités de compositeur et d’interprète d’Henri Fourès touchent de nombreux domaines. Il a composé des musiques pour l’image, la danse et la scène. Producteur d’émissions radiophoniques, il a écrit des œuvres mixtes, des pièces symphoniques, de la musique de chambre, et conçu et réalisé d’importantes manifestations événementielles.

 

Philippe Gouttenoire

philippe gouttenoire

Né près de Lyon (France) en 1962, Philippe GOUTTENOIRE débute la musique par le violoncelle, pratiqué en musique de chambre ou en formations orchestrales.
Après des études autodidactes en écriture, il bénéficie de l’enseignement d’Antoine Duhamel puis de celui de Raffi Ourgandjian au CNSMD de Lyon. Il poursuit sa formation pendant deux ans auprès de Gilbert Amy et Robert Pascal et suit les cours d’ethnomusicologie de Jean-Louis Florentz.
Ses musiques, qui déploient un imaginaire contrasté, évoluent souvent vers des moments de dépouillement, une certaine « dormance du temps ». Le langage n’est jamais donné à priori, mais constitue le but d’une quête toujours remis, toujours ajourné, sans doute à jamais inaccessible. C’est pourquoi chaque œuvre est un nouveau point de départ, un cheminement hasardeux plutôt qu’une pierre ajoutée à un édifice.
Plusieurs œuvres jalonnent ce parcours avec une place importante donnée à la voix : « …Alba, notte« , pour douze voix mixtes, (1991 – BBC Singers) initie la relation privilégiée que Philippe Gouttenoire entretient avec le poète italien G. Ungaretti et qu’il poursuivra à plusieurs reprises, notamment dans « Requiem all’aurora« , oratorio pour solistes, chœur et ensemble instrumental (2002). « O strana Morte » pour treize voix (1998) et « Cypris » pour douze voix et douze cordes (2003) écrits pour l’ensemble Musicatreize ou encore « Un creux toujours futur » pour six voix mixtes (2004 – Neue Vocalsolisten Stuttgart) en sont d’autres exemples.
Dans le domaine instrumental, on peut citer « Ramure » pour orchestre (1992), « Après Solaris » pour ensemble (1996), « Quatuor n° 1 » (1997), ou encore « Phorkys » pour orchestre (2004).
Parallèlement à cette activité, Philippe Gouttenoire enseigne depuis 1985, encadrant de nombreux stages de formation professionnelle. En 1996, il est nommé professeur d’analyse et de formation musicale au CNSMD de Lyon, poste qu’il occupe toujours.

Lucien Guérinel

Guerinel

Lucien Guérinel a composé à la demande de l’IFAC « Animaux fantastiques sont… » dans le cadre du cycle chœur d’enfants et orgue.
Lucien Guérinel (né en 1930) passe son enfance en Tunisie où il commence l’apprentissage de la musique. De retour en France, à Marseille, il poursuit des études universitaires et ses études musicales en piano et harmonie.
Il se liera plus tard d’amitié avec le compositeur Louis Saguer.
Lucien Guérinel a composé pour des ensembles, structures ou festivals de la région marseillaise dont le GMEM (groupe de musique expérimentale de Marseille), le conservatoire de région de Marseille, l’ensemble Musicatreize.
Le Festival d’Ambronay, les Percussionnistes de l’Opéra Bastille, Radio France, et bien d’autres lui ont passé commande.
Son catalogue comprend plus d’une centaine d’œuvres instrumentales et vocales. Lucien Guérinel avoue un plaisir à écrire pour la voix « un goût prononcé pour l’instrument en soi, pour la musique a cappella ». Il a aussi composé de nombreuses œuvres pour quatuor à cordes.
Lucien Guérinel est également l’auteur de plusieurs recueils de poèmes.

Pascale Jakubowski

pascale 1Pascale Jakubowski a composé à la demande de l’IFAC « Une énigme » dans le cadre du cycle chœur d’enfants a cappella.
Pascale Jakubowski est née en Algérie d’un père d’origine polonaise et d’une mère française. L’attachement à son pays natal et à ses origines, les conflits et les exils l’incitent à élaborer une oeuvre engagée. Elle tisse des liens entre différentes cultures, reste attentive aux contextes sociaux et politiques, cherche à concilier dans le geste créatif ce qui est inconciliable dans la réalité. En France, elle étudie le piano, la clarinette et le chant. Elle entame des études de philosophie puis choisit d’interpréter ses propres compositions en concert.
Au Conservatoire National de Région de Bordeaux, elle poursuit ses études en écriture, composition et analyse musicale et obtient la plus haute récompense (médaille d’or à l’unanimité) . Très tôt associée à des réalisations pluridisciplinaires, elle établit des correspondances entre certaines œuvres d’artistes plasticiens et sa palette sonore. Elle sculpte des sons concrets pour créer de nouvelles architectures musicales grâce à des outils qu’elle expérimente au SCRIME à Bordeaux et à l’IRCAM à Paris.
Pendant neuf ans, elle est chargée de cours de composition, de formation et d’analyse musicale auprès d’élèves et de professeurs d’Écoles Nationales de Musique et de Conservatoires. Puis elle se consacre entièrement à la composition. Au cours de ses dernières résidences, elle distille un peu d’utopie en concevant des partitions où se côtoient des musiciens amateurs, des musiciens professionnels et des interprètes des musiques du monde. En juin 2005, la SACEM lui décerne le prix Pierre et Germaine Labole pour Hautes Terres, une œuvre pour violon, voix de mezzo-soprano, saxophone ténor, cor et hautbois solos, orchestre d’harmonie et ensemble d’accordéons.
Elle répond également à des sollicitations concernant l’aspect le plus singulier et le plus virtuose de son langage. Sa dernière oeuvre pour piano, Alliance, a été sélectionnée au concours Dutilleux en 2004. Son écriture atonale échappe à toute rigueur systémique. L’exploration des micro- intervalles et de la multiplicité des modes de jeu à l’instrument, le choix des architectures sonores et des couleurs orchestrales révèlent l’expressivité et la tenue d’un discours largement irrigué par d’autres formes d’art. La poésie et les arts visuels sont des sources d’inspiration
privilégiées pour sa création.
Dans Le destin des petits riens, elle diffuse une œuvre électroacoustique en multicanal dans une installation sculpturale avec projection d’images de Francis Proudhom. Cet Opéra-performance est une succession de rituels, d’énigmes, d’actions symboliques en relation avec l’oeuvre musicale.
Au cours d’un concert-lecture lors d’un colloque sur le haïku en France à l’Université Jean Moulin de Lyon3, elle accompagne l’interprétation de Deux petites pièces en forme de haïku et de Sur la lune deux cils gris pour clarinette, de ses réflexions sur la fonction de l’esquisse, de la confrontation des cultures et du langage poétique comme berceau de l’architecture musicale.
Dans Le Haïku en France, un livre écrit à l’issue de ce colloque et publié aux éditions Kimé dans la collection Les cahiers de Marge et dans Rencontre entre artistes et mathématiciennes, un livre publié chez L’harmattan dans lequel est inséré un C.D. d’une œuvre électroacoustique, Dans les yeux des nomades, elle nous invite à partager son aventure artistique et intellectuelle.
Ses oeuvres font l’objet de commandes de l’État, de Radio France, de l’Institut Français d’Art Choral, de festivals, de départements, de solistes (David Simpson, Richard Rimbert, Roberto Aussel) et d’ensembles instrumentaux (Ensemble Musique Nouvelle de Bordeaux, Ensemble Rhizome, Ensemble Orchestral Contemporain). Elles sont créées aussi bien en France qu’à l’étranger, Radio France, festivalAujourd’hui musiques à Perpignan, Centre National de Création Musicale à Marseille, Festival International des Musiques et Créations Électroniques de Bourges, Festival Futura à Crest, Opéra-Théâtre de Saint-Étienne, Auditorium Saint Germain à Paris, Université Permanente de Nantes, Festival International de guitare de Coria en Espagne, Festival International de Fiuggi en Italie, National Concert Hall de Dublin en Irlande,Cid-femmes au Luxembourg, Université de Montréal au Québec, Université d’Alberta au Canada, Universités d’Huntington et de Northwestern aux États-Unis, Festival Nydd en Estonie… Elles sont également diffusées lors d’émissions qui lui sont consacrées, Alla Breve sur France Musique ou À nouveau la musique sur France Culture.
Depuis 2007, elle est professeur d’analyse musicale et de composition au Conservatoire à rayonnement régional de Saint-Étienne.
Son concerto pour clarinettes en si bémol, clarinette basse et contrebasse et ensemble instrumental , Sous tes cils une énigme, a été créé en janvier 2011 à l’Opéra Théâtre de Saint-Étienne par Hervé Cligniez et l’Ensemble Orchestral Contemporain.
En mai 2011, Roberto Aussel a créé sa pièce pour guitare, Exil, à L’Université Permanente de Nantes.
Elle compose actuellement une œuvre pour piano et un concerto pour piano et ensemble orchestral.

Jan Krejčík

Jan Krejčík a composé à la demande de l’IFAC « La soirée du pianiste, Machines et Musique des fils télégraphiques » dan le cadre du cycle pour chœur d’endants et percussions.
Jan Krejčík (1974) a étudié la direction d’orchestre avec Jiří Belohlávek à l’Académie de Prague et la composition et l’orchestration au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris avec Paul Méfano et Denis Cohen.
Parallèlement à son travail de compositeur, il a successivement dirigé l’ensemble vocal Vox Nymburgensis, le chœur Canti di Praga. Il a été assistant du chef de la Maîtrise Philharmonique de Prague et chef invité au Théâtre National de Prague. Entre 2007 et 2009 il est compositeur-chercheur au Centre de recherche de l’Académie de musique de Prague. Entre 2009 et 2011, il est membre de la section artistique de la Casa de Velázquez.
Il obtient le doctorat en compostion et 2013. Depuis, il se consacre entierement a la composition.

Thomas Lépilliez

machuelThomas Lépilliez a composé à la demande de l’IFAC « Le crapaud » dans le cadre du cycle chœur d’enfants et petit ensemble instrumental.

Thierry Machuel

Compositeur et pianiste français, Thierry Machuel a consacré la majeure partie de son travail à l’art choral, sur des textes d’auteurs  contemporains dans de nombreuses langues. Il s’intéresse depuis longtemps aux textes de témoignage, écrits de Résistants ou de communautés ayant  des  expériences de vie singulières, comme ceux recueillis auprès de détenus entre 2008 et 2011 (coffret Clairvaux ; Or, les murs… ,  Grand Prix de l’Académie Charles Cros 2010). Il a été pensionnaire de la Villa Médicis et de la Casa Velazquez, s’est vu attribuer le prix Sacem/Francis et Mica Salabert de la musique vocale en 2008, la bourse de la Fondation Beaumarchais en 2009 et une commande du Ministère de la Culture en 2010 pour la création de son prochain opéra, ainsi que le Grand Prix Lycéen des Compositeurs 2011. Ses œuvres chorales sont chantées tant en Europe qu’en Asie ou aux Amériques. Plusieurs d’entre elles seront étudiées par les lycéens français dans le cadre de l’option musicale du baccalauréat 2013 et 2014. Enfin, il a récemment créé l’ensemble vocal et instrumental Territoires du souffle.

Loïc Mallié

Loïc Mallié a composé à la demande de l’IFAC « Le malicien » dans le cadre du cycle chœur d’enfants et orgue.
Organiste et pianiste, Loïc Mallié (né en 1947) décide très jeune de poursuivre parallèlement ses études générales et ses études musicales.
Parmi d’autres distinctions, il est lauréat de plusieurs concours internationaux d’improvisation.
Il enseigne l’écriture et l’improvisation.
En 1989, Loïc Mallié est nommé titulaire du grand orgue de Saint-Pothin à Lyon après avoir été co-titulaire avec Jean-Claude Henry du grand orgue de Saint-Pierre-de-Neuilly pendant quinze ans.
Il a composé de nombreuses pièces pour orgue, piano, musique de chambre, orchestre, chœurs, et a également gravé plusieurs disques consacrés pour l’essentiel à la musique du XXe siècle et à l’improvisation.

Alexandros Markéas

markeas aAlexandros Markéas a composé à la demande de l’IFAC « Hymne des objets ménagers » dans le cadre du cycle chœur d’enfants a cappella.
Alexandros Markéas est compositeur et pianiste. Il a étudié au Conservatoire National de Grèce et au Conservatoire National Supérieur de Paris (il y enseigne actuellement l’improvisation) Il s’intéresse aux langages des musiques traditionnelles et privilégie les rencontres avec des musiciens improvisateurs de cultures différentes.
Il s’inspire également de différents domaines d’expression artistique, tels que sont l’architecture, le théâtre, et les arts plastiques (installations, événements, vidéo, web) pour chercher des alternatives au concert traditionnel et créer des situations d’écoute musicale particulières. Ses pièces sont marquées par un esprit théâtral et par l’utilisation de techniques multimédia.

 

Benoît Menut

Menut

Benoît Menut a composé à la demande de l’IFAC « A marée Basse » dans le cadre du cycle chœur d’enfants et piano.
Né à Brest en 1977 dans une famille de musiciens, Benoît MENUT y débute une formation musicale pluridisciplinaire et reçoit les conseils du compositeur Pierick Houdy. À partir de 1995, il poursuit sa formation aux CRR et CNSM de Paris et découvre parallèlement des horizons nouveaux au contact d’Olivier Greif. Particulièrement sensible aux rapports texte-musique, il écrit pour de nombreux ensembles vocaux reconnus ( Mikrokosmos, Les Cris de Paris, Chœur Britten, Chœur National des Jeunes…) ainsi que des œuvres allant de la pièce soliste à l’ensemble instrumental (Micro-suite pour violoncelle solo pour Ophélie Gaillard, L’ombre du Vent, pour flûte solo pour Jean Ferrandis, Les Allées sombres, trio n° II, pour le Trio Karenine, un Quatuor à cordes pour le Quatuor Stanislas, une Sonate à quatre par l’Ensemble Calioppée…). Dans le domaine orchestral, il écrit pour l’orchestre de Bretagne, l’orchestre des Pays de Savoie, Festa Januaria, concerto pour violoncelle et orchestre créé par Dominique de Williencourt, Le Livre de Camille, opéra pour enfants, Tétraccords, pour grand orchestre d’harmonie. En octobre 2007, il entre pour deux ans en résidence à l’Abbaye de La Prée et est, en mai 2008 lauréat de la fondation Natexis groupe Banque populaire, ce qui lui permet d’approfondir son travail principalement axé autour de la trilogie « Nature, Amour et Mort ». Sa définition personnelle du travail compositionnel est : la recherche de l’énergie en sons, portée par du sens. Passionné par la transmission de la musique, il est enfin co-auteur de nombreuses méthodes (aux éditions H. Lemoine), biographies (Guy Ropartz, Pierick Houdy, Olivier Greif…), enseigne au Conservatoire du XVII arrondissement de Paris et est régulièrement invité pour des conférences et présentations de concerts dans de nombreux festivals.

Nicolas Pommier

POMMIER

Nicolas Pommier a composé à la demande de l’IFAC « Il était une feuille » et « Magie de la nature » dans le cadre du cycle chœur d’enfants et piano.
Il écrit de la musique par passion et par curiosité ! Nourri par des styles musicaux très différents, il compose pour toutes sortes de formations instrumentales ou vocales. Il a toutefois une préférence assumée pour la musique chorale (choeur mixte ou à voix égales), car le choeur est un instrument merveilleux : textes, jeux vocaux, effets harmoniques, chuchotés, glissandis… Aucun autre instrument ne cumule autant de possibilités ! Il a eu la chance de rencontrer de nombreux compositeurs d’importance (Philippe Hersant , Patrick Burgan, Nicolas Bacri, Olivier Greif, François Vercken, Thierry Machuel , Veljo Tormis…). Au contact de ces personnalités musicales exceptionnelles, il a échangé idées et points de vue, techniques et conceptions esthétiques. Ces rencontres lui ont permis de nourrir son travail de compositeur, et de prendre conscience de certaines réalités fondamentales (par exemple l’ante sonore comme l’a expliqué Nicolas Bacri…) qui lui permettent d’écrire de la musique réellement personnelle et sincère.
Il écrit majoritairement pour des ensembles amateurs, et très souvent « sur mesure ». Il va écouter l’ensemble qui lui passe commande d’une pièce afin de mieux le connaitre, puis il compose de manière personnalisée et souvent ludique. Sa musique se veut autant accessible aux interprètes qui la diffusent qu’au public susceptible de l’entendre. Elle est, certes, vraiment contemporaine, mais doit vous « parler » directement…
Il a la chance d’être édité et diffusé par trois maisons d’éditions musicales : Leduc, La sinfonie d’Orphée et A Coeur Joie.

Emmanuel Robin

Emmanuel Robin a composé à la demande de l’IFAC « Un rêve » dans le cadre du cycle chœur d’enfants et petit ensemble instrumental.
Emmanuel est parti des sensations du rêve, de l’endormissement au réveil en passant par les souvenirs plus ou moins cohérents du rêve lui-même pour écrire d’abord un texte simple et poétique, puis une musique à la fois nouvelle et familière. Un effectif instrumental léger complétait les parties vocales.
Le travail d’écriture et le suivi par Emmanuel ont permis une belle rencontre entre un créateur et des enfants qui découvraient une nouvelle musique, adaptée autant à leur niveau technique qu’à leur imaginaire.
Son œuvre a été interprétée par le chœur d’enfants 1er cycle du CRR de Chalon sous la direction de Pascal Baudrillart.

Jean-Christophe Rosaz

Jean-Christophe Rosaz a composé à la demande de l’IFAC « Sur le Mont Kenya » dans le cadre du cycle pour choeur d’enfants et percussions.
Compositeur, auteur et metteur en scène franco-suisse né le 13 juillet 1961 à Chambéry.Guitariste de formation, Jean-Christophe Rosaz étudie au Conservatoire supérieur de Lyon, notamment auprès de Gilbert Amy, Raffi Ourgandjian et Robert Pascal, avant de compléter son parcours par un cursus de composition en musique de film à l’École normale de Paris.Ses œuvres sont créées notamment en France, en Belgique et au Portugal. Également chanteur, sensibilisé à diverses langues et dialectes, il écrit de nombreuses œuvres pour la voix : opéra de chambre (Cléopâtre, 1993), opéra pour voix d’enfants (Jean de la Lune, 2009), conte musical (A l’ombre du baobab, 2013), pièces pour chœur a cappella (Running to Paradise, 2006) ou avec accompagnement instrumental (Sonneto, 2008), musique sacrée (Passion selon Saint Matthieu, 2010). Ouvert à la musique dans toute sa diversité, en particulier aux musiques populaires, il compose également des pièces pour formation de chambre et puise son inspiration dans la nature (Sous le tambour du soleil, 1991 ; Windway, 2007 ; Le Bestiaire fantastique, 2009; Into the sky, 2012).

Camille Roy

Camille Roy a composé à la demande de l’IFAC « Mots lointains » dans le cadre du cycle chœur d’enfants et orgue.
Après des études classiques de musique Camille Roy entreprend une carrière de responsable musical « musique » dans différentes structures culturelles. En 1969 il crée l’Ecole de musique de Chalon-sur-Saône et en assure la direction jusqu’à ce qu’il devienne inspecteur à la Direction de la Musique et de la Danse.
Il n’a jamais abandonné la pratique du piano : son catalogue de compositions est abondant et il donne encore à ce jour de fréquents concerts.

Gabriel Sivak

Gabriel Sivak a composé à la demande de l’IFAC « Le moulin« dans le cadre du cycle chœur d’enfants et petit ensemble instrumental.
Argentin né en 1979 à Montevideo, Gabriel Sivak s’installe à Paris en 2006. Formé aux conservatoires d’Aubervilliers et de Paris, c’est un compositeur et pianiste éclectique, dès l’âge de 20 ans il entreprend des tournées en Amérique latine, en Europe et en Afrique en collaboration avec plusieurs ensembles de musiques traditionnelle et contemporaine. Ses compositions ont été interprétées par des solistes et des ensembles de renom : Ensemble TM+, Ensemble Cairn, Juanjo Mosalini, Néstor Marconi, Élodie Soulard, Quatuor Nymphéas, Jorge Pérez Tedesco et dirigées par Laurent Cuniot, Guillaume Bourgogne, Xavier Rist….
Il a publié 3 disques : « Tango Nuevo » (Actual Records 2003,Barcelone), « Puente Al sur »(Dobimar Maritima 2005, Buenos Aires) et « Un eco de palabras » (Mogno Music 2008, Belgique) qui a été subventionné par le concours « Paris Jeunes Talents » de la Mairie de Paris. Ce disque vient de recevoir un prix du Fondo Nacional de las artes (Argentine). Il a reçu le Prix de la ville d’Antibes (France) en 2006 pour sa pièce « Motivo de Ausencia », le Prix Tribune national de compositeurs (Trinac 2009, Argentine) pour « Tayrin » et une Mention d’Honneur au Concours Atahualpa Yupanqui de la Unla (Université de Lanus, Argentine) en 2010 pour « Nadando en la Nada ».
Ses pièces sont éditées chez Ricordi et chez Billaudot (collection de Gauthier Capuçon).

Partager : Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail