Privé : Thèse de sociologie « Le Choeur partagé – Le Chant choral en France, intégration socio-économique d’un monde de l’art moyen »

Thèse de sociologie « Le Choeur partagé – le Chant choral en France, intégration socio-économique d’un monde de l’art moyen », de Guillaume Lurton.

Guillaume Lurton a soutenu à la fin de l’année 2011 une thèse de sociologie à l’institut d’Etudes Politiques de Paris intitulée « Le Chœur partagé – Le Chant choral en France, intégration socio-économique d’un monde de l’art moyen« . L’IFAC s’était associé à cette thèse en favorisant notamment le travail sur le terrain et en aidant à la définition du sujet de recherche.

Extrait de la thèse, par Guillaume Lurton

Guillaume Lurton a rédigé pour les adhérents de l’IFAC un document d’une vingtaine de page consultable en ligne :

Résumé de la thèse, par Guillaume Lurton

Le chant choral a connu au cours des décennies un développement important en France. Il est la première discipline musicale amateur par le nombre de ses pratiquants. L’histoire de cette pratique artistique est marquée par celle des institutions musicales françaises. Sa trajectoire originale aboutit à la structuration d’un monde dont les caractéristiques demandent à être explorées en détail.

Le monde choral français est à traversé par une série de clivages profonds. Ceux-ci opposent des répertoires savants à des répertoires populaires, des économies informelles à des économies marchandes, des acteurs professionnels et à des amateurs. Au-delà de ces lignes de rupture cependant, le monde choral reste résolument cohérent. Nous défendons dans ce travail la thèse selon laquelle ce visage paradoxe du monde choral tient au caractère «  moyen  » de ce répertoire musical. La pratique chorale opère une synthèse originale entre le monde de la musique savante et ceux des musiques populaires.

Le monde choral est abordé dans sa globalité dans une première partie. Le premier chapitre retrace l’histoire du monde choral français au cours du XXe siècle. Le chapitre 2 est consacré au répertoire choral, dont on montre que l’une des particularités sociologique est sa capacité à réaliser une fusion entre un répertoire populaire, et des conventions d’écriture musicale savantes. Les acteurs du monde choral amateurs font l’objet d’une seconde partie. L’hétérogénéité de la pratique chorale est analysée de plusieurs points de vue  : celui des choristes (chapitre 3) et celui des chefs de chœur (chapitre 4). Le chapitre 5 est consacré à l’analyse des jeux d’interactions et des mécanismes d’intégration sociale sur lesquels reposent la cohésion des chœurs amateurs. L’économie du monde choral amateur est traitée dans un troisième partie. Après avoir fait le point sur la diversité des formes économiques sur lesquelles reposent le fonctionnement des chœurs (chapitre 6), deux chapitres sont consacrés à des enjeux économiques spécifiques. Le chapitre 7 traite de la professionnalisation des chefs de chœurs et le chapitre 8 analyse en détail les politiques publiques du monde choral. Une dernière partie est consacrée à l’univers du chant choral professionnel. L’analyse des dynamiques de professionnalisation de groupe observées dans les années 1980 et 1990 (chapitre 9) permet de comprendre la physionomie du monde choral professionnel (chapitre 10). Cette étude de la professionnalisation du monde choral est complétée par l’analyse du marché du travail des choriste (chapitre 11).

Partager : Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail